La IXème Légion Impériale

JdR Strict - The Elder's Scroll Online
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Animation] Des chants et des chaînes

Aller en bas 
AuteurMessage
Vendimus Valérius
Admin
avatar

Messages : 225
Date d'inscription : 05/02/2016
Age : 24

MessageSujet: [Animation] Des chants et des chaînes   Mer 7 Fév - 19:36

"Les sons mélodieux résonnant dans la cavité rocheuse lui donnait une intensité de plus en plus prenante, qui se glissa dans les entrailles du gras gardien allongé contre son fauteuil miteux. Celles ci étaient comme des myriades de voix cumulant les nombreuses intonations et diversités des hommes et des femmes des chœurs chantonnant. Rares furent les spectacles sonores de la sorte, mais c'était une réalité inespéré – Avait-il pu seulement croire que ce rôle de gardien d'une bande de prisonniers entres les mains de chasseurs d'hommes lui permettrait d'avoir plus qu'une grasse pitance et un logis correct, protégé des loups, qu'ils soient des hommes ou des bêtes. Sifflotant en accompagnant les sons résonnant, il observait à l'intérieur des cages, pour déterminé qui de ceux suivaient les belles mélodies et de ceux qui se contentaient d'attendre leurs déplacements vers les caravanes des esclavagistes qui les avait capturés. La plus part prêtaient leurs voix à la base fondamentale qui résonnait depuis le fond du long couloir rempli de cellule close. Tous s'occupaient, dormaient, ou restaient dans un coin en ayant la volonté de prier une quelconque divinité pour leurs venir en aide. Il ria de voir un vieillard s'accrocher à une effigie dans son lit, étalé littéralement. Il l'observa, encore et encore, voyant ses lèvres continuer de chanter. Et d'un coup, il se mit à courir en hurlant, son cri, sortant de ses lèvres, ressemblant étrangement aux rythmes des sons qui envahissent les lieux. Il n'avait pas simplement observer un vieillard chantant mollement, mais il avait prit le temps de constaté la vérité : Il regardait le cadavre d'un vieillard qui chantait encore en mêlant ses sons à ceux des autres.

Umgork gro-Dramgar soupirait lentement en apprenant la nouvelle. Il avait marcher le long de la terre sèche en ignorant les quelques grains de sables bousculés par les vents, tout en maudissant intérieurement cet endroit. Après les cendres, voilà le sable, et il ne se souvenait même plus de l'époque où il vivait encore avec les siens, dans sa forteresse, avant d'en être banni. L'Orque arriva là où l'un de ses hommes l'avait guidé, un Bréton sournois habillé d'une tenue lâche et ayant un arc lui barrant le torse. Il leva un doigt vers le grassouillet étalé par terre, trois flèches lui perçant le corps à différent endroit, et il pensa clairement que son archer faisait trop de zélé, mais que c'était bien l'une des raisons pour laquelle il avait sûrement rejoint ce groupe de marchand d'esclave. Le grassouillet n'était pas le seul à s'être enfuit ainsi en travaillant comme gardien depuis qu'il possédait l'avant-dernière livraison. Les futurs esclaves n'ont pas de plaintes inhabituelles, mais il y avait toujours tôt ou tard ce gardien se mettant à hurler, en accusant que les geôles étaient hantées. Il avait fait venir un prêtre d'Arkay – Du moins, il avait enlevé un prêtre d'Arkay dans un petit village plus au nord en le forçant à inspecter les environs, et à y rester une nuit. Il n'accusa aucun mal, aucune non-vie rôdant dans ses cellules. Il n'y avait rien à accuser de maléfice sinistre, mais il s'interrogeait quand même sur la raison de cette folie.

Marchant le long des cellules, il arriva au fond. Observant celle qui serait la pièce maîtresse que les Dunmer adorerait sûrement. En Morrowind, l'esclavagisme était proscrit par les édits du Pacte de Coeurébène, mais les elfes noires étant ce qu'ils sont, les sous-commerces restaient toujours actifs et possible. Cela aurait été dommage, d'en privé une grande source de revenue et de distraction pour les vices les plus inavouables. L'Orque ouvrit la cage, en écoutant le murmure chanté de la Nibenay qui prenait le temps de s'occuper de ses cheveux gras et pâteux à cause de la rude captivité. Son chant cessa, et lentement, les sons résonnant dans les autres cages se murent au silence à leurs tours. Comme si l'on avait brisé la source d'un son, et que ses échos le long d'une captivée lentement cessèrent en s'éloignant. Les sourcils d'Umgork se froncèrent lentement, en observant la délicate femelle qu'il avait rendu captive. Qu'est-ce ? Une malédiction, de la sorcellerie, ou quelque chose de plus vicieux, ou plus sacré ? En vérité, il n'en avait que faire. Il se contenta de joindre sa grosse main contre la figure de la jeune fille, avant de s'en retourner pour refermer la cage. Dans son dos, ce fut un chant plus peiné qui scintilla dans la gorge d'une femme blessée. Et il se prit à lui même, murmurer ce son, qu'il grogna à travers ses lèvres gercées."





_______________________________________

Des chants et des chaînes



Animation ouverte - Brigands/Enquêtes
En Elsweyr - Dans les environs de la ville de Rawl'Mriss

"Pour Yanov, c'était une journée comme les autres. Il prit soin de boire une grande lampée d'hydromel tiède, en soupirant un instant. Le grand nord lui manquait amèrement, et l'idée de mettre le contenu d'une jarre dans la neige fraîche pour en refroidir la liquidité. Ses pas foulaient le sol de sable agaçant, qu'il jugeait définitivement irritant et grossier, se collant partout sous ses habits. Il avait le bonheur toutefois d'être affecté à Hausse-dunes, une large étendue de légère hauteur de sable et de roches, mais l'avantage étant qu'il y à les eaux de l'étrange source non loin, et ils pouvaient toujours se permettre de s'absenter quelques erreurs pour s'y nettoyer, se ressourcer et repartir en accusant le vide des voyages par ici. Peut-être que tôt ou tard, ses employeurs comprendront qu'il n'y à rien à récupérer au nord de Rawl'Mriss. Ou bien il serait tué pour incompétence, et en repensant à l'Orque qui servait de Contre-maître à cette bande de hyène avide qui servait de groupe de mercenaire, il n'y pas longtemps pour se dire que le choix ne serait pas de remettre en question le lieux, mais celui qui l'inspecte. La pression gagna son cœur, et Yanov s'interrogea sur ses chances de revenir sans se prendre un coup de hache si il revenait les mains vides. Murmurant une prière à base de juron et de jugement sur les génitrices de ses supérieurs, il glissa un regard vers l'horizon en plissant les yeux. Insulter la mère de Umgork semblait porter ses fruits.

La caravane avançait mollement, tirée par un massif Senche, qui usait de sa puissante musculature pour déplacé les ressources et les tentes des quelques Khajiits traînant ensemble. Ils se dirigeant vers l'Ouest, en espérant pouvoir trouver des intérêts commerciaux auprès des villages et voyageurs. Intimidé surtout par l'approche des forces militaires Aldmeri installé plus au sud. Quelques vagabonds d'autres ethnies erraient à leurs côtés, trois Bosmer voulant retrouver une Val-Boisée agréable, et ce Rougegarde qui avançait sur un cheval à leur côté, observant les environs d'un regard acide, tout en observant ce qui ressemblait à des silhouettes approchant de lui. Dans un appel, il fit tourner les regards des Khajiits, qui eurent un instant un brin de panique leur traversant les entrailles. Ils observèrent les combattants proches maintenant, qui fonçait en leurs directions après avoir prit des chemins détournés à travers les dunes pour être masqués par les hauteurs sablonneuses. La dizaine, s'en vergogne, se rua dans l'ensemble avec divers bâtons et gourdins pour assommer, et retenir au sol. Le Senche massif fut délivré, mais en prévision de l'agressivité du Khajiit, les esclavagistes avaient déjà envoyé quelques lames gorgées de poison pour l'abattre. Ce n'était pas une proie intéressante, ils s'imaginaient pas devoir faire d'une telle bête une femme de chambre pour leurs employeurs. Et le rire de l'un des brigands se mue en gargouillement incompréhensible quand la lame courbe lui fendit la gorge.

Dansant à travers les guerriers, le Rougegarde faisait preuve d'une habilitée sans faille dans le maniement de son sabre. Coupant, tranchant, et fit pencher la balance du courage entre les deux camps, et les Khajiits purent tirer quelques armes de fortunes pour se joindre au combat. Frappant et cognant, le dernier des brigands courant à la va-vite pour échapper à cette inattendue tuerie fut attraper par la gorge, une corde sèche lui mordait désormais le cou. Yanov tourna la tête un instant en ouvrant grand les yeux, avant de voir le cheval du cavalier Rougegarde se mettre à cavaler rapidement pour partir avec lui, traîné le long du sable. Sa nuque, elle, ne résista pas longtemps à cette cavale, et ce fut son corps traînant au sol qui acheva sa route plus loin à l'ombre d'une roche se dressant fièrement en l'air vers un ciel aux nuances orangées d'une matinée naissante. Descendant de sa monture, en retirant la corde enchâssée dans la chair sanglante, il fouilla les poches de celui qui lui avait semblé être le chef de tout ce ramassis de miteux mercenaires. Un peu d'or, quelques rations dans des tissus souples, une gourde d'Hydromel puante presque vide, et seulement une note. Une simple note, qui l'avait tout avant énormément frustré, avant que le Rougegarde ne réfléchisse à toutes les implications de cette notation. « Prenez garde aux Impériaux qui arrivent du nord. » y était-il écrit. Et il repensa à un Rougegarde ayant rejoint la Légion qu'il n'avait pas vu depuis fort longtemps."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://9emelegionimperiale.guildjdr.com
 
[Animation] Des chants et des chaînes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» logiciel animation gif
» Persona 4 The Animation
» Bataille avec méchants
» Jeu 1 → Survivor (Version Méchants Marvel)
» [ Film d'Animation ] Kenshin le vagabond : Le chapitre de la mémoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La IXème Légion Impériale :: [RP] :: Les dernières nouvelles-
Sauter vers: